Généralités

Lignes directrices pour les ressources éducatives libres (REL) dans l’enseignement supérieur (2013)

UNESCO (2013). Lignes directrices pour les ressources éducatives libres (REL) dans l’enseignement supérieur. UNESCO-COL, 30 p.
Consulté le 04/01/14, à l’adresse :
http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002136/213605F.pdf

Ce document de 30 pages publié par l’Unesco et le Commonwealth Of Learning constitue un document d’orientation visant à « encourager les décideurs au sein des instances gouvernementales et des établissements à investir dans la production, l’adaptation et l’utilisation systématiques des REL et à les intégrer progressivement à l’enseignement supérieur, de façon à améliorer la qualité des programmes et de l’enseignement et à réduire les coûts » (p. 7).

L’intérêt pour les REL est justifié par l’accroissement des effectifs d’étudiants accédant à l’enseignement supérieur (98 millions d’ici à 2025) n’étant pas nécessairement accompagné d’une hausse « des ressources humaines et financières à la disposition du secteur de l’enseignement supérieur » (ibid.). Une approche systémique de l’intégration de REL au sein des établissements d’enseignement supérieur est esquissée1.

Suivent 5 sections adressées aux différents acteurs impliqués par l’utilisation de REL dans l’enseignement supérieur. On retient, pour celle adressée aux gouvernements, des incitations à réguler l’usage des fonds publics, à définir des cadres et à sensibiliser aux droits d’auteurs, à assurer l’accès à des équipements performants et à coordonner les stratégies de développement locales relatives aux REL.

Pour les établissements d’enseignement supérieur, on retient la sélection de préconisations suivantes : élaborer une stratégie d’intégration, de sélection et d’adaptation des REL ; encourager les élèves à publier leurs travaux en tant que REL sous licence ouverte ; veiller à intégrer les tâches de conception et de développement des programmes d’étude, des cours et des matériels dans la charge de travail type du personnel. La responsabilité des formations pour accompagner le personnel et les élèves dans l’utilisation de TIC est également attribuée aux responsables des établissements d’enseignement supérieur.

Enfin, pour le personnel enseignant et tout en tenant compte d’un certain nombre de freins2, on a extrait une liste de préconisations qui peut servir de guide dans le cadre d’une démarche de développement professionnel : envisager de publier des REL ; assembler, adapter et contextualiser les REL existantes ; solliciter l’appui de l’établissement pour se familiariser davantage avec les REL ; fournir des informations en retour et des données sur l’utilisation des REL existantes ; se tenir au courant des politiques relatives aux droits de propriété intellectuelle (DPI), au droit d’auteur et à la confidentialité.

Synthèse : AB

Travail collaboratif et REL (2008)

Thibert, R. (2008). Travail collaboratif et Ressources Éducatives Libres. Éduveille.
Consulté le 04/01/14, à l’adresse :
http://eduveille.hypotheses.org/349

L’auteur est enseignant d’anglais, de français et de TICE pour des étudiants de CAPES. Il travaille également pour le service de veille en TICE à l’ENS – Lyon. Dans cet article, il évoque la question des droits d’auteurs en pleine mutation avec le développement des ressources éducatives libres, en particulier dans le domaine de l’éducation.

Les REL, ayant une fin de diffusion et d’utilisation larges,  nécessitent ainsi une grande « interopérabilité entre les outils et les documents », ce que les licences et formats libres peuvent favoriser. C’est de la tension entre les usages et « la législation concernant le droit d’auteur et le copyright » que sont nées, pour ne citer qu’elles, les licences Creative Commons qui permettent à l’auteur d’une ressource de choisir différents droits et différentes restrictions d’utilisation s’y appliquant.

L’auteur considère ces licences comme « une adaptation nécessaire du copyright face aux nouveaux usages occasionnés par les nouvelles technologies » et fait part de l’urgence ressentie par certains organismes internationaux tels que l’OCDE qu’il cite, à adopter de nouvelles formes de diffusion : les États et décideurs sont ainsi invités à « développer et mettre en place des politiques volontaristes » dans le domaine de la diffusion des ressources.

Synthèse : JTT

1 « Pour tirer tout le parti possible des REL, les établissements doivent investir systématiquement dans la conception des programmes et des cours ainsi que dans le développement et l’acquisition des matériels. Il faut du temps pour élaborer des cours et des matériels et pour trouver les REL appropriées, adapter celles qui existent et négocier une licence de droit d’auteur (en l’absence de licence ouverte). Il faut également tenir compte des coûts connexes, liés notamment à l’acquisition et à l’entretien de l’infrastructure des TIC (à des fins de création et de partage de contenu) ainsi qu’à la largeur de bande ». (p. 8).

2 notamment les contraintes temporelles et la hausse globale des exigences les concernant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>